Le Lycée

Accueil/ Le Lycée

Qui est Ernest Couteaux ?

Ernest Couteaux, né le 20 novembre 1881 à Fourmies (Nord) et décédé le 29 novembre 1947 à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), est un homme politique français.
Élève

du collège de Saint-Amand-les-Eaux, Ernest Couteaux y obtient son baccalauréat ès sciences, puis va faire son droit à Paris. Il entre ensuite au cadastre du Nord. Il est élu conseiller d’arrondissement de Valenciennes en 1904 et Conseiller général du Canton de Saint-Amand-les-Eaux-Rive droite en 1913, pour être constamment réélu depuis. D’abord secrétaire de l’Assemblée départementale, il en est vice-président, puis président. Conseiller municipal de Saint-Amand-les-Eaux en 1912, il est toujours réélu, et accéde à la fonction de maire en 1919. Il conserve l’écharpe de maire jusqu’en 1943 et la retrouve en 1947 puis il devient député du Nord de 1919 à 1928 et de 1932 à 1936. Sous le régime de Vichy, en reprenant son projet législatif du 7 mars 1928, la loi du 7 octobre 19404, – parue au JO le 26 octobre – crée un Ordre des médecins comprenant le Conseil supérieur de la médecine et les Conseils départementaux. À la Libération, il deviendra conseiller de la République du Nord jusqu’à son décès.
Il est enterré au cimetière central de Saint-Amand-les-Eaux à côté de la tombe de Louise de Bettignies.

 

L’histoire du lycée

L’origine de la première école secondaire de St Amand les Eaux remonte à mai 1803. Elle se compose à sa fondation de quatre professeurs dont un officie en tant que directeur. Ils comparaissent le « 11 Floréal An XI vers les cinq heures de l’après-midi devant le maire et les adjoints de la ville pour prêter serment d’être fidèles au Gouvernement établi par la Constitution de l’an VIII et de remplir avec zèle et exactitude les fonctions confiées à leurs soins ». Cette première école est alors installée dans des locaux située rue de Valenciennes. En vertu d’un décret impérial du 17 mars 1808, elle devient « Collège » et le « Directeur », « Principal ». En 1813, l’établissement comporte 57 élèves agés de 9 à 17 ans dont 2 pensionnaires, 6 demi-pensionnaires, 10 internes et 39 externes.
Le collège quitte la rue de Valenciennes pour s’installer dans les locaux actuels le 1er octobre 1926.
A cette date existent à St Amand un collège vétuste et un cours complémentaire annexé à l’école publique de garçons mais rien n’est prévu pour la formation des jeunes se destinant aux carrières artisanales, commerciales et industrielles.
En 1925, la municipalité, présidée par Ernest Couteaux,  soumet au Recteur de l’académie de Lille son désir de rechercher un outil d’enseignement plus complet.
C’est ainsi que naît le premier « collège polyvalent de France », construit entre 1923 et 1933 sous la direction du directeur des travaux communaux, l’architecte Léon Raux.
L’ensemble est agrandi de bâtiments de classes, d’ateliers et d’un externat en 1968, sur les plans de l’architecte Pierre Neveux afin de permettre l’accueil de 2000 élèves.

Architecture

Le collège-lycée est situé sur l’avenue du Collège – née du développement de la ville vers l’est au début du 20e siècle – et se développe aujourd’hui jusqu’au bord de la Scarpe et vers le nord de sa parcelle, suite à son extension en 1968.
Une ancienne maison bourgeoise (patronale ?), vraisemblablement située au centre de la parcelle initiale, a conditionné l’implantation des bâtiments construits pendant l’Entre-Deux-Guerres. Ceux-ci sont situés de part et d’autre de cette maison, formant un U interrompu, afin de laisser apparaître la maison depuis la rue. Cette maison de plan massé, en brique enduite et toit brisé couvert d’ardoise abritait le logement du proviseur. Les bâtiments datant de l’Entre-Deux-Guerres sont en brique et couvertes de toitures complexes en matériau synthétique pour certains, en tuile pour d’autres. Ils abritent sur trois niveaux les salles de classes et dortoirs. Les bâtiments construits lors de l’extension de 1968 sont implantés derrière le premier ensemble. Ils sont en béton, à sheds pour les ateliers et en toiture terrasse pour l’externat et les salles de classes.
Deux sculptures, acquises et installées dans le cadre de l’opération « 1% culturel » ornent les espaces verts du lycée ; une oeuvre abstraite en pierre signée P. Descamps et une œuvre en métal non signée. Une boule en pierre, symbolisant le globe terrestre et couronnant initialement le faîtage d’un des bâtiments des classes est installé dans le jardin.